Les champs d’intervention de l’ergonomie sont vastes, les caractéristiques d’une situation de travail interdépendantes les unes des autres. Comment, par exemple, déclencher une action de prévention consécutive au franchissement du seuil sonore de nocivité en travaillant exclusivement sur l’ambiance sonore de travail ? Pour obtenir des résultats plus importants et plus durables, il est en effet pertinent de considérer dans le même temps :

- l’organisation du travail, qui pourra apporter sa contribution en étudiant les leviers de réduction de la durée d’exposition : temps de pause réguliers, diversification des taches sur la journée, la semaine, le mois,
- le matériel, qui sera choisi après analyse des besoins des opérateurs,
- l’aménagement de l’espace de travail, qui permettra d’optimiser les impacts du changement envisagé.

L’approche ergonomique doit également intégrer la mobilisation de compétences et l’animation de la démarche projet, à l’aide d’outils d’analyse.

Ce sont les thèmes abordés sur ergonomia, bienvenue à bord !


L’objectif de ce site est de
- proposer un accompagnement aux nombreuses personnes intéressées par l’engagement d’une démarche ergonomique au sein de leur établissement ou de leur service,
- susciter l’intérêt de tous les acteurs pour favoriser l’intégration de l’ergonomie dans le projet social de leur institution.


« Transformer le travail, telle est la finalité première de l’intervention ergonomique. Pour l’ergonome, cette transformation doit être réalisée en contribuant :

- à la conception de situations de travail qui n’altèrent pas la santé des opérateurs, et dans lesquelles ces derniers puissent exercer leurs compétences sur un plan à la fois individuel et collectif et trouver des possibilités de valorisation de leurs capacités
- à l’atteinte des objectifs économiques que l’entreprise s’est fixés, du fait des investissements réalisés ou à venir.

Ces deux objectifs peuvent être complémentaires, à condition de mettre en place une démarche qui traite des interactions entre deux logiques, l’une centrée sur le social, l’autre sur la production. »

Extrait de « Comprendre le travail pour le transformer – La pratique de l’ergonomie » - F. Guérin, A. Laville, F. Daniellou, J. Duraffourg, A. Kerguelen – ANACT - 2007


Télécharger le document au format PDF